Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Pourquoi les coquelicots poussent souvent au bord de la route?

Papaver rhoeas

Le coquelicot (Papaver sp.) est une espèce messicole (plante associée aux moissons). On l’appelle aussi une adventice des moissons (une plante qui s'ajoute à un peuplement végétal auquel elle est initialement étrangère, ici le champ de blé). C’est une fleur qui pousse en compagnie du blé ou des céréales et d’autres messicoles connues, le bleuet, la matricaire, la nielle des blés…Ses graines sont très nombreuses (1 coquelicot produit 50 000 à 60 000 graines par saison !). Elles se mélangent aux grains de blé lors de la récolte et sont ressemées avec eux l’année suivante.

 La graine du coquelicot a peu d’exigences pour germer. Il lui suffit d’une terre remuée. C’est une graine de grande longévité, car elle résiste bien au manque d’eau et à l’enfouissement. On la trouve donc présente dans des terrains remués, comme les champs et les bords de route et de chemins, les saignées d’autoroute, les chantiers.

 

Cependant, la présence de coquelicots dans un champ de blé déprécie la culture : le coquelicot est considéré comme une mauvaise herbe : - il fait concurrence aux plants de blé lors de la levée de germination, - sa présence en grande quantité diminue le rendement de la récolte, - et par les substances toxiques qu’il contient dans son suc (entre autre la morphine), il pollue la farine.

 

Un premier moyen de diminuer les messicoles dans les champs de céréales, c’est le tri et l’origine des semences. On ne ressème plus le blé récolté l’année précédente : on sème des semences achetées aux producteurs, qui répondent à des conditions sanitaires strictes. Ces semences sont bien exemptes de toute graine de messicole. D’autre part, l’agriculture moderne utilise largement les herbicides pour réduire la présence des mauvaises herbes des champs de céréales.

 

Chassées des champs où elles se multipliaient en grande quantité, on les retrouve principalement sur le bord des champs (chemins) et des routes, mais aussi dès l’ouverture d’un chantier, d’une décharge…au niveau de toute terre remuée et abandonnée provisoirement (milieux rudéraux).

 

La disparition des coquelicots des champs de blé s’est accompagnée aussi de celle des autres adventices que nous avons citées : par exemple la magnifique nielle des blés est considérée comme pratiquement disparue. Un peu de poésie pour terminer et une vieille légende rurale qui prétend que les couleurs de notre drapeau national ne traduisent pas les couleurs historiques de la Révolution (le bleu et le rouge) encadrant celle du roi (le blanc), mais plutôt celles des fleurs des champs : le bleu du bleuet, le blanc de la matricaire et le rouge du coquelicot !