Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Le myosotis : une fleur qui "parle"

Myosotis 4Le myosotis est une jolie plante de la famille des Borraginacées. Elle est velue comme toutes les cousines de cette famille (voyez pour mémoire l’article du vendredi 18 mars dernier sur  la Pulmonaire ). Elle en possède l’inflorescence caractéristique : la cyme scorpioïde. En effet, comme sur la photo ci-contre, les fleurs de l’inflorescence s’insèrent sur une trajectoire courbe, en forme de queue de scorpion, de la fleur la plus âgée (la première épanouie, au début de la flèche) vers les boutons (pointe de la flèche).

 

 

 

   

 

 

 

 

  

Myosotis 3Mais ce n’est pas tout ! Le myosotis se distingue par ses couleurs ! Il parle à travers elles… C’est une splendide petite fleur bleue, tout le monde le sait pour l’avoir croisée sur son chemin. Et pourtant, approchez-vous d’elle… Avez-vous remarqué que la fleur n’est pas toujours bleue ? Avez-vous remarqué qu’elle porte en son centre une collerette jaune, ou orange ou blanche ? Cette collerette est constituée de 5 "écailles" qui changent de couleur avec l'âge de la fleur. Elles sont bien de couleur jaune orange dans une fleur qui produit du nectar, un jus sucré consommé par les insectes. Le nectar est produit par des glandes nectarifères, présentes au fond de la fleur, derrière les écailles qui ferment l'entrée. Les insectes attirés par ce liquide précieux passent de fleur en fleur pour le récolter au fond de chacune et ce faisant transportent le pollen d’une étamine d’une fleur au pistil d’une fleur voisine. Ils assurent ainsi la pollinisation des fleurs et leur fécondation.

Les couleurs changent avec la maturité sexuelle de la fleur :

Myosotis 1- en bouton (fleurs 5-6) ou encore toute jeune (fleur 4), les pétales sont roses : les organes sexuels de la fleur ne sont pas encore formés ou sont immatures, et la fleur ne produit pas de nectar.
 - plus tard, la fleur devient bleue (fleur 3) puis sa collerette jaunit et devient presque orange (fleur 2) : les glandes de la fleur produisent alors un nectar abondant et les organes sexuels, visible à travers l’orifice gardé par la collerette, sont matures, prêts à la fécondation.
- enfin, la fleur la plus âgée de l’inflorescence (la première formée, fleur 1) est bleue mais sa collerette a perdu ses couleurs, elle est blanche. Les glandes à l'intérieur de la fleur sont taries et ne produisent plus de nectar. La fleur est fécondée, les graines commencent leur formation au cœur de la fleur.

Ce qui est étonnant et statistiquement prouvé, c’est que les fleurs les plus visitées par les insectes sont les fleurs qui produisent le plus de nectar. Elles correspondent à celles qui ont "besoin" d’être fécondées car elles ne le sont pas encore. Ce sont les fleurs bleues avec collerette jaune-orange.

Les autres types de fleurs n’affichent pas les « bonnes couleurs » et n’attirent pas l’insecte. Ainsi, par les couleurs affichées, la plante « communique » avec l’insecte en le guidant vers les fleurs utiles pour lui, utiles pour elle… Pas de dépense d’énergie inutile pour la plante, car pas de nectar dans les fleurs trop jeunes et immatures (donc encore non fécondables) ou dans les fleurs trop vieilles (déjà visitées, déjà fécondées). Mais le système est valable aussi du point de vue de l’insecte : pas de temps perdu à visiter les fleurs sans nectar, seul le jaune-orange surfond bleu indique que le bar est ouvert !

Le myosotis présente ainsi un système de coloration évolutive avec la maturation de la fleur, qui permet une communication entre la plante et l’insecte, un véritable échange de message conduisant, pour la plante, à une optimisation de la pollinisation.