Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

La mer au pays des volcans

Il existe dans le centre de la France, au coeur du Parc des Volcans d'Auvergne, des sites naturels exceptionnels par leur rareté : Saint-Nectaire est une station thermale qui, à cause de remontées d'eaux minérales tellement salées en surface, possède des sources d'eau salée. Ces sources qui sourdent au-dessus du village abrite un marais salé recélant des trésors maritimes... et ce à plusieurs centaines de kilomètres à vol d'oiseau, pardon de mouette, de la mer. 
Halophyte Glaux maritima répartitionCes plantes, rencontrées classiquement sur le littoral marin du pays, ont des cartes de répartition bien curieuses : sur celle du glaux (Glaux maritima, Primulacées), on voit en vert que la plante se trouve présente sur la façade ouest du pays et bizarrement en plein coeur de la France, en Auvergne, au pays des volcans...
Halophyte Glaux maritima 1Les plantes rencontrées dans ce marais de Saint-nectaire ont la particularité de pouvoir pousser en présence de sels, ce que ne sait pas faire n'importe quelle plante ! Ce sont des plantes halophiles ("qui aiment le sel") ou halotolérantes (qui le supportent). Comment font-elles ? Non seulement le sel envahit l'intérieur de la plante et la "grille", mais aussi il retient l'eau dans le sol, la rendant alors difficilement disponible pour les plantes. Le glaux maritime a des feuilles dodues, charnues car il y met l'eau en réserve pour ne pas en manquer. Une stratégie de plante grasse qui fonctionne aussi sur le sel ! Comment l'eau entre-t-elle malgré tout ? Les racines absorbent le sel du sol et le séquestrent dans les tissus de la plante pour limiter leur toxicité. L'eau du sol est alors attirée vers l'intérieur de la plante car l'eau circule toujours vers les compartiments les plus riches en sels. Et le tour est joué ! Le sel est neutralisé à l'intérieur de la plante et en plus il a permis à l'eau d'entrer... 
Halophyte Triglochin maritimusLe troscart maritime (Triglochin maritimum, Plantaginacées) a aussi des feuilles un peu charnues. Il est remarquable par ses petites fleurs toutes rondes et plumeuses, réunies en un épi discret mais délicat si on prend le temps de s'y pencher. Cette espèce pousse en nombre dans les boues salées des estuaires de nos littoraux, mais elle est si rare ailleurs ! Quel plaisir de l'admirer en montagne, dans ce marais salé d'Auvergne !
Halophyte Juncus gerardii 1Terminons par le jonc de Gérard (Juncus gerardi, Juncacées), un petit jonc élégant, lui aussi à son aise dans le marais salé. On le rencontrera comme les autres sur les côtes, mais aussi près des sources salés continentales (l'Auvergne mais aussi la Moselle avec les mines de sel gemme).