Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Des plantes "albinos" ?

Les fleurs ont des corolles rouges, bleues, roses, jaunes… Ces couleurs sont dues à la présence de pigments naturels dans les cellules des pétales de la fleur. Qu’est-ce qu’un pigment ? C’est une molécule qui absorbe certains rayonnements lumineux contenus dans la lumière du jour et qui en laisse passer d’autres, ce qui donne naissance à la couleur perçue par notre œil ou l’œil du pollinisateur.  Pulmonaria spUne fleur violette comme la pulmonaire (Pulmonaria sp., Boraginacée) possède des anthocyanes dans ses pétales. Ce sont des pigments qui absorbent dans le vert et le jaune et transmettent le bleu-rouge. Selon leur association avec d’autres corps, molécules ou métaux, leur couleur varie du bleu au rouge. Les hortensias voient leur couleur rose virer au bleu si l’on ajoute de l’aluminium dans la terre qui les accueille. 

 

Il arrive cependant qu’au milieu d’un parterre de fleurs colorées se distinguent quelques pieds aux fleurs strictement identiques aux autres si ce n’est leur couleur : complètement blanches au milieu des fleurs roses, elles déparent, dénotent, bref se font remarquer par le promeneur.

 

albinismeL'orchis bouffon (Orchis morio, Orchidacée), forme normale (violette) ou albinos (blanche)                  

Que se passe-t-il dans ces fleurs « albinos » ? De l’albinisme chez les plantes ? C’est par ce terme en effet que l’on désigne l’absence totale de pigmentation chez les animaux. Attention toutefois, la plante n’est pas totalement dépourvue de pigments puisque ses tiges, ses feuilles sont vertes par la présence d’un pigment essentiel, la chlorophylle.

Comment se fait-il que les fleurs bleues ou roses puissent être blanches ? Les pigments sont fabriqués par les pétales grâce à l’information génétique que chacune des cellules constituant le pétale possède au sein de son ADN. Des gènes contenus dans cette information génétique s’expriment pour fabriquer dans les pétales des enzymes élaboratrices de pigments. Pour synthétiser une molécule de pigment, il faut souvent une voie de synthèse très longue et très complexe, qui comporte un grand nombre d’étapes de transformation d’un produit, étapes commandées par ces enzymes. Il suffit alors qu’une de ces étapes soit perturbée, par exemple par la mutation ponctuelle d’un des gènes de la voie de synthèse, pour que le pigment ne soit pas synthétisé et que la fleur reste blanche. Notons que les mutations ne sont pas rares dans la nature, induites par l'ensoleillement par exemple (les ultraviolets en particulier sont très mutagènes), sans qu'il soit nécessaire d'imaginer un scénario catastrophe dans le secteur! 

Ces « albinos » se développent dans les mêmes endroits, les mêmes stations que les plantes normales, et pourtant on ne trouve jamais d’hybrides à teinte intermédiaire (qui pourraient résulter du croisement entre la plante normale et la plante « albinos »). Ceci suggère que les mutations responsables de l’albinisme pourraient être des mutations à caractère récessif qui, lors d’hybridations éventuelles, sont masquées par le caractère dominant (la présence de pigments) [Un même gène peut se rencontrer dans la nature sous différentes formes, légèrement différentes. On désigne ces formes par le terme d’allèles. Ce sont eux qui sont à l’origine de la diversité des formes et des nuances colorées des fleurs de différents pieds au sein d’une même espèce. Parmi les allèles d’un même gène, certains sont dits récessifs car ils ne peuvent s’exprimer que s’ils existent en 2 copies identiques. Ils sont dans les autres cas masqués par la présence d’un allèle dominant. C’est un peu comparable aux yeux bleus chez les hommes : un couple aux yeux sombres peut enfanter un enfant aux yeux bleus, s’ils ont chacun dans leur ascendance des aïeuls aux yeux clairs]. Ceci constituerait ainsi une 2ème source d’albinisme possible. Avec la 1ère (l'apparition nouvelle d'une mutation ponctuelle), la transmission d'une forme récessive du gène par des parents colorés possédant chacun un allèle récessif masqué par un allèle dominant pourrait expliquer l'apparition somme toute pas si rare des plantes à fleurs albinos.