Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Des plantes-chameaux sur le désert des rocailles

sedum album rocailleLes rochers, rocailles et vieux murs de nos contrées regorgent de trésors d'adaptation...En effet, vivre sur un rocher ou un vieux mur, pour une plante, c'est un défi ! L'eau de pluie s'y écoule sans pénétrer et le sol qui s'y forme est bien mince. Le soleil implacable chauffe les feuilles et les surfaces, menaçant de provoquer déshydratation et coup de chaleur. Bref, une vraie sécheresse, digne d'un désert de pierre.

Entre autres plantes, on y trouve les orpins (Sedum sp., Crassulacées). Ce sont des plantes basses, peu élevées, dont les feuilles sont spectaculaires. Elles ne ressemblent vraiment pas aux feuilles classiques. Le limbe de la feuille (la partie étalée et mince d'une feuille "normale") est arrondi et on ne peut reconnaître la face supérieure de la face inférieure. Sedum album feuilles

 

 

 

 

Comment expliquer cette forme bizarre? Si l'on presse entre deux ongles cette feuille, il s'écoule un liquide clair... de l'eau ! La feuille met en réserve de l'eau en abondance, tel le chameau dans sa bosse. Les cactus dans les déserts africains font de même. On appelle cette capacité la crassulescence, ces plantes sont des plantes grasses. L'eau est stockée à l'intérieur des tissus de la feuille, prête à être utilisée par la plante en cas de manque. Elle est retenue comme une éponge le ferait : l'eau s'imbibe sur des grosses molécules que la feuille fabrique en quantité, des mucilages, sortes de chaînes de sucres qui ont le pouvoir de fixer les molécules d'eau sans perturber le fonctionnement normal des tissus.

De plus, chez le sedum blanc (Sedum album), les feuilles sont rougeâtres car leur surface se charge de pigments rouges (des anthocyanes) interférant avec la lumière. On pense que leur présence diminue la quantité de lumière parvenant au coeur de la feuille, agissant comme une sorte de crême solaire évitant les "coups de soleil" dangereux pour les tissus verts.

Sedum acreDe nombreux orpins poussent sur les rochers et les murs. Le "poivre des murailles" (Sedum acre) dont les feuilles ont une saveur piquante, présente la même adaptation à la sécheresse que le sedum blanc.

Notons également que la forme arrondie des feuilles gorgées d'eau, sphérique même pour celles de l'orpin blanc, est le volume le plus économe en surface : réduire la surface permet de réduire les "fuites" d'eau par déshydratation (pertes d'eau sous forme de vapeur d'eau, des sorties par ailleurs inévitables pour toute plante car elles permettent de faire circuler l'eau dans l'organisme).

Sedum reflexumOn retrouve ces formes et cette adaptation pour tous les Sedum : le Sedum rupestre est aussi appelé Sedum réfléchi, car ses fleurs penchent la tête vers le sol au début de la floraison.