Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Aï Hi Aï Ho, on s'en va du Bouleau ...

Bouleau 6221Au cours de l'hiver, sur les branches du bouleau (Betula pendula, Bétulacées), pendent les chatons mâles, grêles et fins, prêts depuis la fin de l'été précédent. A côté, sur la photo, un chaton femelle de l'année dernière, plus massif, hérissé de petites pointes triangulaires.

Bouleau 6223Si l'on saisit un chaton femelle sec dans la paume de sa main et que l'on presse un peu dessus, tout éclate, tout se délite! Le chaton se démantèle car il est tout sec. S'échappe alors une pluie de "petites choses" qui s'envolent immédiatement au moindre courant d'air. 

Si l'on regarde de plus près, on voit parmi les "petites choses" deux sortes de structures : des écailles brunes en forme de fer de lance (et si on regarde l'arrière de ces écailles, on voit nettement que l'écaille se découpe en 3 parties, 3 lobes), et puis des petites structures très légères, ailées, membraneuses, possédant en leur centre un grain plus sombre. Bouleau 7037

Bouleau 7043Soyons précis, à gauche c'est le fruit du bouleau, à droite l'écaille du chaton qui portait 3 fruits semblables. Le fruit est un akène, un petit fruit sec, ailé et les 2 ailes membraneuses très fines sont plus grandes que l'akène lui-même, visible au centre du fruit. On voit sur l'akène deux "petites antennes", qui lui donnent l'air, avec les deux ailes, d'un papillon. Ce sont les restes des deux stigmates présents initialement sur la fleur femelle du bouleau, réduite à un pistil formé de deux carpelles soudés. bouleau-fleurs-femelles.jpgChaque écaille portait trois fleurs femelles, elle porte maintenant trois fruits ailés. 

A maturité, durant l'hiver qui suit la fécondation, les fleurs femelles transformées en petits fruits secs ailés sont prêtes. Les fruits sont emportés par le vent dès que le chaton bien sec se délite, sous l'effet du vent ou de l'attaque d'un animal. Le vent dissémine ces fruits loin de l'arbre-mère, colonisant le milieu proche et moins proche. La dissémination par le vent porte le doux nom d'anémochorie (de khorein = se mouvoir et anemos = le vent).