Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La botanique amusante du lundi : Au printemps, que fait le bourgeon quand il est réveillé?

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

 orme bg

Bourgeon d'orme (Ulmus minor, Ulmacées) au printemps

RDV sur la page La Botanique amusante du lundi pour tout savoir sur ce phénomène explosif que représente l'ouverture des bourgeons en ce moment : "Au printemps, que fait le bourgeon quand il est réveillé ? " ...

 

Voir les commentaires

De l'or en altitude

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

Jonquilles 4

En avril et jusqu'en mai, les montagnes d'Auvergne se couvrent d'or. Les jonquilles sauvages (Narcissus pseudonarcissus, Amaryllidacées) reviennent chaque année, en tapis dense sur les plateaux et les crêtes battues des vents, particulièrement nombreuses dans les combes à neige. Leurs bulbes ont passé l'hiver sous le manteau neigeux, bien protégés des vents glacés et du gel.

Jonquilles 7Tellement nombreuses qu'on ne résiste pas à leur beauté : les enfants ont plaisir à s'en faire de petits bouquets. Si le bulbe n'est pas déterré et a eu le temps de s'emplir suffisamment de sucres, il pourra refleurir l'année suivante.

Voir les commentaires

La stellaire holostée, une vraie Caryophyllacée

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

Stellaire holostéeLa stellaire holostée (Stellaria holostea) tapisse les sous-bois au printemps. "Holostée", c'est-à-dire étymologiquement "entièrement d'os"...Serait-elle animale? Non, mais ses tiges sont anguleuses et renflées aux noeuds (aux endroits où s'insèrent les feuilles) : cela donne aux portions successives de la tige, avec beaucoup d'imagination, une allure d' "os" allongé.

Les noeuds renflés sont une caractéristique de la famille de cette plante, les Caryophyllacées. Une deuxième caractéristique que partagent toutes les Caryophyllacées (les oeillets, les silènes, les stellaires, les céraistes, la saponaire...), c'est l'inflorescence de type cyme bipare.

Qu'est-ce que c'est ? les fleurs sont regroupées en une inflorescence. Celle-ci se termine par une fleur épanouie (c'est la fleur bien ouverte sur la photo). La croissance de la tige est alors terminée, elle ne peut plus s'allonger à cause de cette fleur terminale : c'est ce qu'on appelle une cyme. Les fleurs suivantes vont alors s'épanouir "en descendant d'un étage" sur la tige : on voit 2 ramifications insérées à l'étage sous la fleur épanouie. Comme 2 ramifications se développent, c'est une cyme bipare. On distingue même au niveau de ces 2 nouvelles ramifications les fleurs de niveau 3 : les fleurs centrales sont en bouton mais bien visibles, tandis que les 2 ramifications suivantes sont encore encloses dans les bractées (les feuilles).

 

 

Stellaire holostée2

La fleur de la stellaire holostée possède 5 pétales échancrés, qui donnent ainsi l'impression d'être 10, 10 étamines et au centre de la fleur, un pistil à 3 stigmates (3 petits becs blancs) pour recevoir le pollen et féconder les ovules présents dans la base renflée du pistil (l'ovaire, boule jaune visible au coeur de la fleur).

Voir les commentaires

Le cerisier sauvage, un arbre au nom d'oiseau

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

Cerisier2

Cerisiers sauvages en fleur... le printemps nous ravit les sens! Ephémère floraison, débauche de blanc et pétales au vent, les fleurs fécondés par les abeilles sont vite transformées en fruits. Le fruit est une petite cerise : un fruit charnu contenant un seul noyau. La graine est cachée au coeur du noyau, bien protégée par la coque dure correspondant à la dernière couche du fruit (l'endocarpe). La cerise est appelée drupe en botanique, car cet endocarpe est durci par de la lignine, la même substance qui imprègne le bois. Les graines seront disséminées par les oiseaux qui consomment les drupes et rejettent dans leurs fientes les graines légèrement digérées par le tube digestif de l'oiseau (on parle de dissémination par ornithochorie). Le début de digestion des graines déclenche la levée de la dormance de la graine et permet le développement de la plantule cachée dans la graine. Celle-ci trouve d'ailleurs dans la fiente de l'oiseau et le sol où elle tombe le terreau nécessaire à un bon démarrage dans la vie. Le cerisier sauvage (merisier), Prunus avium, porte d'ailleurs un nom d'oiseau ("avium" = oiseau), peut-être pour célébrer le véhicule naturel de ces enfants!

Voir les commentaires

Orme pédonculé, une floraison discrète

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

Ulmus laevis

 

 

Le printemps poursuit son ouvrage d'architecte : les arbres aussi fleurissent, même si le plus souvent leurs fleurs sont petites et discrètes. Ici des fleurs femelles d'orme, au long pédoncule frêle, déjà fécondées et en train de se transformer en fruit.

Le fruit de l'orme est une samare, sorte de fruit sec ailé, rond comme une pièce de monnaie.

Dans le cas de cet orme-là, l'orme pédonculé ou orme lisse (Ulmus laevis, Ulmacées), la samare est bordée de poils blancs bien visibles, la graine est centrale (on la devine en cours de maturation au centre du fruit) et l'aile se refermera plus ou moins au bout du fruit.

La dissémination du fruit (contenant la graine) est assurée par le vent, la samare par son aile membraneuse ayant une certaine prise au vent autorisant le vol plané! On parle d'anémochorie pour désigner cette dissémination, comme dans le cas de l'anémone pulsatille présentée dernièrement sur ce blog.

Les ormes sont des arbres qui ont été dessimés par une attaque parasitaire généralisée en France (la graphiose de l'orme). En croiser un sur son chemin ravit les yeux et l'esprit !

Voir les commentaires

Cardamine des prés à la saveur piquante

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

 Cardamine des présLa cardamine des prés (Cardamine pratensis) est de saison ! Pas moyen de lui échapper, elle envahit les prés et les jardins humides, où elle aime vivre. Elle a une fleur bien visible, à 4 pétales blanc rosé, souvent veinés. 6 étamines et 1 pistil bien visible complètent cette fleur de Brassicacée, la même famille que la moutarde, le chou ou le radis.

Comme le radis ou la moutarde, elle a une saveur un peu piquante : Cardamine feuilleon consomme ses jeunes feuilles sous le nom de cresson des prés ou cressonnette. Faciles à reconnaître, les feuilles sont très découpées. Encore un cadeau du printemps !

Voir les commentaires

La Botanique amusante du lundi : L’euphorbe petit-cyprès, une belle mystérieuse

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

Euphorbia cyparissias

Retrouvez l'euphorbe petit-cyprès, ses fleurs regroupées en inflorescence bien mystérieuse et sa curieuse relation avec un champignon, dans la rubrique La Botanique amusante (lien ci-contre).

 

 

 

Voir les commentaires

Une pulsatille dans le vent

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

Pulsatilla vulgaris

 

 

L'anémone pulsatille (Pulsatilla vulgaris, Renonculacées) est une plante fleurie à la mode... elle est dans le vent ! Du grec anemos, le vent, son nom lui vient de ses fleurs, de belles cloches violacées qu'elle agite dans le vent. Il lui vient aussi probablement de ses fruits : les nombreux carpelles, (organes femelles à la base renflée (l'ovaire) dont l'extrémité est allongée (le style) et terminée par le stigmate) forment par leur rassemblement une sorte de pinceau violet sombre au coeur de la fleur. Après la fécondation des carpelles, les styles continuent leur croissance et s'allongent. Les carpelles se transforment en fruits pourvus d'une longue arête facilitant leur transport par le vent. La dissémination des graines contenues dans ces fruits légers est un exemple d'anémochorie (dissémination par le vent).Pulsatilla vulgaris2

 

 

Voir les commentaires

La prêle des prés, modeste vestige d'un groupe quasi disparu

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

Prêle

La prêle des prés (Equisetum arvense, Equisétacées) est une plante surprenante. Pas de fleurs chez la prêle, pas de pollen, pas d'insectes qui la visitent...Elle se débrouille seule, en fabriquant au printemps des tiges fertiles brunes qui portent en épi de petits écussons. En regardant de plus près, les écussons cachent sous leur surface de petits sacs remplis de spores.Prêle3

Les spores libérées dans l'herbe germeront plus tard pour former de toutes choses vertes millimétriques qui fabriqueront à leur tour des plantes vertes. Celles-ci auront des tiges rampantes souterraines sur lesquelles se dresseront des tiges vertes stériles.

Les tiges vertes stériles, hautes de 50 cm au plus, apparaissent quelques semaines après les tiges brunes fertiles : ce sont des tiges articulées, formées de petits articles qui s'emboîtent les uns dans dans les autres, comme un jeu de construction pour enfants. 

Les feuilles sont quasi inexistantes. Elles sont réduites à de petites écailles plaquées au niveau où de nombreux rameaux s'insèrent.

Prêle4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les prêles sont des plantes proches des fougères, dernières représentantes d'un groupe jadis florissant sur la planète : au Carbonifère, il y a plus de 300 millions d'années, les prêles étaient géantes, de véritables arbres qui poussaient dans les marécages et dont les restes, avec d'autres arbres, ont formé le charbon.

Voir les commentaires

Corydale solide, une toxique paralysante

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

Corydale solide 6252

La corydale à bulbe plein ou corydale solide (Corydalis solida, Fumariacées) est une belle plante vernale (du printemps) qui déploie ses inflorescences légères aux feuilles et bractées digitées dans les sous-bois frais au sol épais, souvent au bord d'un ruisseau. Sa souche est tubérisée, enflée de réserves qui lui permettent de pousser rapidement dès que les températures sont clémentes. Attention, c'est une plante toxique, surtout par sa souche : elle contient des substances alcaloïdes au pouvoir paralysant : la corydaline par exemple, un narcotique léger indiqué pour traiter la maladie de Parkinson.

Voir les commentaires

<< < 10 20 30 40 50 60 61 62 63 64 65 66 67 > >>