Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Monsieur et madame

Publié le par Catherine Lenne

peuplier-2673.jpgMonsieur ...

peuplier-2669.jpg... et madame.

Le peuplier (Populus nigra ici, le peuplier noir), comme toutes les Salicacées (famille des saules aussi !), est dioïque : il existe des arbres mâles et des arbres femelles séparés. Sexes séparés, des chatons mâles aux étamines rouges ou des chatons verdâtres aux fleurs femelles réduites à des pistils. Ceci oblige le pollen d'un arbre à féconder les pistils d'un autre arbre. Une fécondation croisée obligatoire qui force le brassage des patrimoines génétiques. Une trouvaille évolutive assurant le croisement des génomes et donc la vigueur hybride. 

peuplier 2676peuplier 8288

Voir les commentaires

Le Koicédon du 07 mai, tigré mais protecteur...

Publié le par Catherine Lenne

K 2651C'est vert, ça pique... une feuille de chardon ?

Oui, mais pas n'importe lequel ! Bravo à ceux qui l'ont reconnu ! C'est le chardon-marie (Silybium marianum, Astéracées). Il est facile à distinguer parmi ces dizaines de chardons impossibles à identifier... Ses feuilles sont grandes, hérissées d'aiguillons agressifs et surtout marbrées de blanc ! Un véritable tigre aux dents acérées...

chardon-marie-2640.jpg

chardon-marie-2653.jpg

Et pourquoi donc est-il "Marie", ce chardon ?? La légende dit qu'il est lié à la Vierge Marie fuyant la Judée pour l'Egypte afin d'échapper à Hérode. Elle se serait cachée sous un buisson de chardons pour donner le sein à l'Enfant. Quelques gouttes de son lait seraient tombées sur les feuilles, les marquant des marbrures caractéristiques de l'espèce...

Voir les commentaires

Un turban annonciateur de gelée

Publié le par Catherine Lenne

COGNASSIER-2727.jpgQui se cache sous ce turban rose bien tourné? ...

cognassier-2726.jpgUne future gelée de coing ! Le cognassier (Cydonia oblonga, Rosacées) est un petit arbre aux jolies fleurs blanc rosé. La fécondation donnera naissance à de gros fruits jaune doré, semblables à des pommes ou des poires selon leur forme. 

cognassier-6561.jpg

Voir les commentaires

Koicédon du 07 mai : qui s'y frotte s'y pique

Publié le par Catherine Lenne

K-2651.jpgUn Koicédon pas très caressant, malgré son joli prénom...

Voir les commentaires

Le Koicédon du 30 avril : le fumeterre a la tête à l'envers

Publié le par Catherine Lenne

K-2712.jpgUn Koicédon particulièrement tordu... J'exagère... je vous l'ai proposé "tourné"...

Dans le bon sens : K-2712-2.jpg 

fumeterre 2711Du fumeterre (Fumaria officinalis, Fumariacées) !

Les fleurs du fumeterre sont particulières... je dirais même plus, tordues ! Mais naturellement, cette fois !

fumeterre-2712.jpgD'abord, ce sont des fleurs à symétrie bilatérale : elles possèdent un côté droit, un côté gauche, un dos et un ventre...  comme nous ! Elles ont donc deux côtés. On les appelle pour cette raison des fleurs zygomorphes : zygos en grec = joug, l'entrave qui servait à accrocher deux boeufs à la charrue... On retrouve cette racine dans nos zygomatiques, les muscles de nos deux joues.  

fumeterre-2712-2.jpgMais ce n'est pas leur particularité la plus marquante (car des fleurs zygomorphes, il y en a beaucoup... Voir pour exemple, le bugle rampant  le Bugle rampant, une innovation évolutive ou les lamiers  Un Lamier bien reconnaissable). Ce qui est rare et franchement beau, c'est qu'en plus d'être zygomorphes, les fleurs sont penchées à 90 degrés ! Elles ont la tête penchée, comme David Niven dans le film "Le cerveau ("the brain")". Leur plan de symétrie n'est "pas droit" mais tourné "d'un quart de tour" ! (pour les puristes, on dit que le plan de symétrie est perpendiculaire au plan floral, alors qu'ils sont confondus chez les lamiers ou le bugle...). Cette particularité, peu courante, lui donne cet aspect si étrange et si élégant !

Et pour terminer sur une note encore plus jolie, les fleurs semblent pourvues à leur base de deux petites ailes d'anges, blanches et délicatement découpées... deux sépales (flèches bleues). 

Voir les commentaires

La cardamine sait compter

Publié le par Catherine Lenne

Cardamine-pratensis-8908.jpgLa cardamine des prés (Cardamine pratensis, Brassicacées), précoce printanière, pousse dans les lieux humides. Un fossé lui suffit.

Sa fleur est mathématiquement facile à identifier : une fleur en croix ! Elle compte tout par 4... ou presque ! 

Cardamine-pratensis-8904.jpg4 sépales verts, 4 pétales blancs. Jusque là, elle ne se trompe pas... Elle commence à déraper sur le cercle de pièces florales suivant, les étamines : 4 grandes mais accompagnées de deux petites ! (flèches rouges). Enfin, elle perd complètement le sens de la numération sur le pistil, composé de seulement 2 carpelles (on devine la ligne de suture de ces deux carpelles au sommet du pistil, sur la zone d'atterrissage du pollen appelée stigmate) ... On lui pardonne, elle est si jolie !

Cardamine-pratensis-9083.jpg

Voir les commentaires

Un érable déguisé en frêne

Publié le par Catherine Lenne

Acer-negundo-8243.jpgL'érable negundo (ou érable américain, Acer negundo, Sapindacées) nous vient d'Amérique du Nord, de la région de l'Illinois, proche de Chicago. Introduit comme espèce ornementale, c'est un curieux érable à feuilles ... de frêne !

Acer-negundo.jpgSes feuilles sont en effet découpées en petits morceaux, composées de folioles comme celles du frêne. Heureusement que ses fruits sont bien des fruits d'érable ! Des disamares, petits hélicoptères prêts à l'envol. On les observe sur la photo tout jeunes, à peine formés mais prometteurs !

Voir les commentaires

Koicédon du 30 avril : "The brain"

Publié le par Catherine Lenne

K 2712Un Koicédon qui ne manque pas d'originalité et de perpendicularité...

Voir les commentaires

Un Koicédon un peu "sioux" ...

Publié le par Catherine Lenne

Le dernier Koicédon a donné du fil à retordre... Sioux, le peau-rouge !

Sedum album 8436

Vous aviez reconnu un épiderme (une "peau") mais à qui? Celui d'une feuille d'orpin blanc (Sedum album, Crassulacées), une plante grasse qui stocke de l'eau dans ses feuilles toutes rondes, dodues comme des outres. La plante résiste ainsi à la sécheresse des rocailles où elle aime s'étaler paresseusement au soleil (voir pour mémoire la page de la Botanique amusante Des plantes-chameaux sur le désert des rocailles).

Sedum-album-1277-2.jpgDe blanc, elle n'en a que les fleurs ! Ses feuilles sont ... rouges car sa "peau" est rouge !

stomates sedum 3574L'épiderme (ici grossi 40 fois au microscope) est en effet constitué d'une mosaïque de cellules aux formes contournées, étroitement accolées (pas de fuite d'eau vers l'extérieur entre ces pièces de puzzle !) et fréquemment emplies de pigments rouges (des anthocyanes). A quoi peut bien servir cette couleur ? Les tiges et feuilles des jeunes plantes aériennes en général et celles des plantes soumises à un fort ensoleillement en particulier (les plantes adaptées à la sécheresse comme les plantes grasses de rocailles) sont souvent parées de rouge. Les pigments anthocyanes, qui absorbent une certaine quantité de lumière, filtrent la forte lumière qui cuit les organes et protègent alors, du mieux qu'ils peuvent, les pigments verts de la photosynthèse, les chlorophylles dans les chloroplastes des cellules plus profondément enfouies dans la feuille. Un véritable écran solaire !

sedum stomates 3577Et les "petites bouches" visibles de temps à autre sur cet épiderme ? Ce sont des stomates (du grec stoma = bouche), de petites ouvertures réglables par la plante. Les flèches rouges ici indiquent l'emplacement des stomates : 2 cellules fines et emplies de vert (des chloroplastes) se font face (ce sont les cellules "de garde"), accolées comme les deux lèvres d'une bouche. Ici les stomates sont clos et on distingue mal les deux cellules qui gardent l'ouverture. Autour de ces petites bouches vertes, des cellules plus grosses emplies d'eau, ce sont les cellules-compagnes du stomate, au nombre de 3 ou 4. 

Par ces bouches, la plante échange ses gaz avec l'air extérieur, pour respirer et pour faire de la photosytnhèse (oxygène et dioxyde de carbone). Le problème, c'est que ces ouvertures laissent aussi échapper l'eau de la plante (sous forme de vapeur d'eau), et dans le cas des plantes de milieu sec, c'est un vrai problème !! La solution ? Ne pas faire comme toutes les autres plantes, qui ouvrent leur stomates le jour et les ferment la nuit. Chez les Crassulacées, c'est l'inverse ! Elles ferment les écoutilles le jour, quand il fait chaud et ne se réapprovisionnent en gaz que la nuit, à la fraîche ! 

Voir les commentaires

Koicédon du 16 avril : du "gras" sur de l'eau ?

Publié le par Catherine Lenne

stomates-sedum-3574.jpgUn  Koicédon tout en rondeur, tout en couleur, un peu de "gras" sur de l'eau...

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>