Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Koicédon du 26 juin : méprisée

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

K-5492.jpgKoicédon ? Une belle plante fleurie, pourtant bien méprisée...

Voir les commentaires

2 couleurs au catalogue

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

Orchis-sureau-9047.jpg L'orchis sureau (Dactylorhiza sambucina, Orchidacées) est une orchidée sauvage de nos contrées, présente dans le massif central, dans les prairies d'altitude. Son nom est lié à sa légère odeur de sureau. Elle est connue pour sa particularité de coexister avec une autre forme, de la même espèce, mais rouge celle-là ! 2 couleurs au catalogue !Orchis-sureau-rouge-5432.jpg

Voir les commentaires

Le Koicédon du 17 juin : vérâtre contre gentiane

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

veratre-9817.jpgLa plante proposée lundi dernier a été démasquée très vite ! Vous êtes prudents et avertis, car mieux reconnaître le vérâtre et ne pas le confondre avec la gentiane jaune qui lui ressemble tant... Le vérâtre (Veratrum album, Mélanthiacées) est une plante monocotylédone, caractérisée par ses feuilles alternes (cela veut dire que les feuilles s'insèrent séparément le long de sa tige, en alternant leur position d'un angle fixe d'environ 120°)) : vue de dessus, la plante pas encore fleurie arbore ses larges feuilles fortement nervurées comme si elles étaient disposées en étage de 3. Plus tard, lorsque la tige aura grandi, on verra nettement la disposition alterne des feuilles. 

Ce vérâtre est extrêmement toxique et qui consomme de ses racines s'expose à un séjour à l'hôpital, voire pire... Il ne faut donc pas le confondre avec celle qui lui ressemble tant à l'état végétatif (par ses feuilles) : la gentiane jaune. En effet, les racines de la gentiane sont elles hautement prisées et récoltées dans la nature pour entrer dans la composition de boissons amères réputées (Chartreuse jaune ou verte de l'Isère, Suze, Avèze...). Pour ne pas s'intoxiquer, il faut donc compter jusqu'à 3 pour le vérâtre, 4 pour la gentiane : 

Gentiana-lutea-6371.jpgGentiane-6270.jpgPour elle aussi, les feuilles sont grandes, larges et fortement nervurées. Mais pas moyen de se tromper, chez la gentiane, les feuilles sont disposées par paires le long de la tige (phyllotaxie opposée), et semble former des corbeilles étagées. Ces corbeilles abritent les fleurs, qui sont ainsi insérées en étages elles aussi. Pour le vérâtre, les fleurs sont différentes, blanc verdâtre et surtout rassemblées en une inflorescence terminale dressée comme un candélabre. Pas d'étages fleuris pour le vérâtre !

veratre-6244.jpgFleurs de vérâtre

gentiane-1186.jpgFleurs de gentiane jaune

Voir les commentaires

Un été printanier

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

Vallée de Chaudefour printempsC'est aujourd'hui l'été, tout au moins dans le calendrier... Le solstice d'été, jour le plus long de l'année, salue dans la Vallée de Chaudefour (Puy-de-Dôme)... le printemps ! La neige s'accroche encore aux crêtes, les arbres verdissent tout juste et les narcisses (voir l'article d'hier) sortent leur corolle du sol. Les conditions climatiques en altitude, même si celle-ci reste modeste en Auvergne, raccourcissent fortement la belle saison, qui dure grosso modo de juin (ici presque fin juin !) et mi-septembre, période des premières gelées. Il faut être drôlement accro pour tenir dans ces lieux rudes, mais si enchanteurs pendant ces quelques semaines ! 

Voir les commentaires

Un Narcisse bien frileux

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

narcisse-9803.jpgDans le massif du Sancy, la neige tombait encore il y moins de 3 semaines. La végétation a ici près d'un mois de retard et les prairies humides du fond de la vallée de Chaudefour sont piquetées en ce moment des narcisses des poètes (Narcissus poeticus, Amaryllidacées). La paracorolle de la fleur (le tube central) est délicatement ourlé de rouge. Voisinant avec la neige qui s'éccroche encore aux crêtes, la fleur bien que frileuse est sortie récemment de son bulbe souterrain. 

narcisse-9820.jpg

Voir les commentaires

Koicédon du 19 juin : une plante qui sait compter jusqu'à 3

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

K-9817.jpgUn Koicédon qui se penche encore au coeur d'une plante en pleine croissance. Quelle est donc cette plante, si proche d'une autre et pourtant si reconnaissable au fait qu'elle sait compter jusqu'à 3 ?

Voir les commentaires

Géophyte

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

Hetraie-a-Scille-9524.jpgLa hêtraie d'altitude est tapissée de vert... Le mauve est déjà reparti. Le mauve ? De quoi ? De ce tapis vert justement ! 

Hetraie-scille-jacinthe-51-2.jpgLe scille lis-jacinthe (Scilla lilio-hyacinthus, Hyacinthacées) a fini de colorer le sous-bois de ces hampes violettes. Les feuilles de la plante sont maintenant lancées dans une photosynthèse de tous les diables pour, entre autres, remplir l'organe souterrain qui assure à la plante la survie à l'hiver prochain : un bulbe. Dans quelques semaines, en été, il ne restera rien de la plante à la surface... rien que le bulbe endormi enfoui dans la terre. Par cet organe souterrain qui assure la pérennité de la plante, la scille est une plante géophyte.

Hêtraie Scilla lilio-jacinthus 9636Le bulbe de ce scille est remarquable : gros, aux écailles gorgées de réserves carbonées (des sucres) et qui s'écartent les unes des autres, faisant du bulbe une sorte de grosse "fleur" souterraine aux gros pétales jaunâtres. Un lacis de racines prend naissance à la base du bulbe : elles ancrent le bulbe dans le sol et permettent la nutrition minérale de la plante. 

Voir les commentaires

Le Koicédon du 5 juin : un bleuet des montagnes

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

Le Koicédon du 5 juin se dévoile enfin ! Le temps passe si vite et est parfois si rempli qu'on ne trouve plus moyen de le dilater pour y caser la moindre minute ...

K 8844Pour rappel, le Koicédon exhibait des doigts griffus et sombres...

Centaurea-montana-8844.jpgAvec un peu de recul, on découvre une tête toute ronde, recouverte de bractées (de petites feuilles) finement dentées. Les dents sont le prolongement d'une petite marge noire bordant chaque bractée, caractéristique de l'espèce. La tête? un capitule ! 

Centaurea-montana-5934.jpgLe capitule est celui d'une centaurée des montagnes (Centaurea montana, Astéracées), une sorte de gros bleuet que l'on rencontre facilement dans les jardins et en moyenne montagne. Le capitule est l'inflorescence de cette plante, un regroupement de fleurs très petites et organisées en petits tubes plantés les uns à côté des autres. Les petites fleurs, appelées fleurons, sont tubulées ; celles du centre du capitule sont roses (on voit sortir de celles-ci les organes sexuels de chaque fleuron, formant une sorte de massue sombre) tandis que celles de la périphérie, bleues, sont plus grandes, l'extrémité du tube élargie en une corolle exubérante. La base du capitule est ornée des bractées dentées qui forment l'involucre du capitule. 

Voir les commentaires

Myosotis miniature

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

Myosotis-herisse-M-ramosissima-8889.jpgEvidemment, il manque l'échelle... Imaginez la fleur du myosotis hérissé (Myosotis ramosissima, Borraginacées) pas plus grande qu'une tête d'épingle, moins de 3 mm de diamètre pour la corolle bleutée... Un myosotis en miniature, mais qui possède les caractéristisques de ces grands frères : les poils et la forme de son inflorescence en "cyme scorpioïde", enroulée telle une queue de scorpion... Un caractère familial incontournable ! (voir  Le myosotis : une fleur qui "parle" ).

Voir les commentaires

Trèfles à 3 "feuilles"

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

Trifolium-pratense-830.jpgDes fleurs faciles à reconnaître, que tout le monde a déjà croisé sur son chemin... Rien de plus banal qu'un trèfle rose, le trèfle des prés (Trifolium pratense, Fabacées) mais avez-vous déjà remarqué que sa tête fleurie (son capitule) présente juste en dessous deux feuilles (la feuille possède 3 folioles, et donne son nom à la plante : Trifolium = "3 feuilles") ? Les deux feuilles sont opposées (c'est-à-dire insérées par paire) et accolées à la tige (on dit subsessiles). Le trèfle rampant (le blanc, Trifolium repens) n'en possède pas lui, il est tout nu ! Sa feuille, également trifoliolée, s'insère beaucoup plus bas, sur la tige rampante sur le sol.

Trèfle rampant 2044

Trefle-rampant-2053.jpg

Voir les commentaires

1 2 > >>