Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Noël est arrivé !

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

neige-PDD-4916.jpgJoyeux Noël à tous et rendez-vous dans quelques jours pour une nouvelle année de botanique !

Voir les commentaires

Un cadeau marin pour Noël

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

Laminaria hyperborea 7389Le Koicédon s'offre à vous, gentiment présenté par un petit lutin des grèves... Nous sommes au bord de la mer, en Bretagne, sur une plage au fond d'une crique merveilleuse. Le Koicédon est un cadeau marin. 

Le Koicédon est double cette fois-ci : un végétal ancré sur un animal, ou plutôt des végétaux sur des animaux...

Laminaria hyperborea 7393Côté végétal, une algue brune, une laminaire (Laminaria hyperborea) aux crampons solidement attachés sur des coquillages empilés. Elles sont deux, bien différenciées par leur "tige" (stipe est le vrai nom de cette "tige") qui relie la lame étalée et découpée en rubans aux crampons. La lame de la laminaire est l'équivalent des feuilles d'une plante terrestre : elle lui sert de capteur solaire pour capturer la lumière sous l'eau et fabriquer des sucres par la photosynthèse, la même que celle d'un chêne ! Pas de tissus bien différenciés, pas de vrais tissus conducteurs d'eau dans l'algue, une structure simplifiée mais efficace. 

Côté animal, une pile de coquillages scellés entre eux : des crépidules (de leur doux nom latin Crepidula fornicata... non pas parce qu'elles sont empilées les unes sur les autres, ce qui permet à leurs cellules sexuelles libérées dans l'eau de se rencontrer plus facilement, bandes de coquins, mais parce que fornicatus en latin veut dire "voûté", ce qui fait allusion à la forme que prend la colonie d'individus empilés...

Un joli cadeau de la mer pour la veille de Noël...

Voir les commentaires

Le Koicédon du 19 décembre : en grève

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

K-7379.jpgUn Koicédon en dehors des sentiers battus... Quoique...

Voir les commentaires

Dans le secret du manteau neigeux

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

neige-4883.jpgForêt miniature dans le manteau neigeux ... Les cristaux de glace, tous uniques et toujours différents, croissent  et s'allongent le long de leurs axes étoilés. Ce faisant, ils emprisonnent de l'air entre elurs bras, d'où la propriété douillette d'isolant thermique pour le sol et les végétaux qui s'y terrent ( La neige, cadeau du ciel ). 

Voir les commentaires

Arbre de Noël

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

cacaoyer-3949.jpgDrôle de Koicédon exotique... Trouve pas ça chez moi en Auvergne, ni dans les Yvelines... Mais qu'est-ce qu'elle nous a encore inventé, la dame du blog ??

cacaoyer-3945.jpgDes fleurs qui poussent directement sur le tronc et les branches de ce petit arbre, bizarre : on parle d'arbre cauliflore. Chez cet arbre, elles poussent toute l'année sur le tronc, sur les branches, sans saison bien définie. Et qu'est-ce qui pousse à côté des petites fleurs blanches ? Des sortes de ballons de rugby déformés et verdâtres ? Des fruits ! Issus de la transformation des fleurs après fécondation, ce sont des ... cabosses !  L'arbre est en effet un cacaoyer (Theobroma cacao, Malvacées). Puisque les fleurs apparaissent en continu toute l'année sur les axes, elles cotoyent les cabosses provenant de la transformation des fleurs précédentes. 

cabosse.jpgA l'intérieur de la cabosse, de nombreuses graines appelées aussi fèves de cacao, riches en amidon et en graisses (la moitié de leur contenu est en "beurre de cacao" !) : on prépare après fermentation et torréfaction de ces graines le cacao, élément de base du chocolat... Voilà qui est d'actualité... un arbre de Noël en quelque sorte ! 

Voir les commentaires

Bord de mer

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

Armeria-maritima-4377.jpgBallade sur des falaises de bord de mer et rencontre avec l'Armeria maritima, le "gazon d'Espagne" de nos jardins. L'armérie maritime est une petite plante basse, accrochée aux falaises de la Manche et atlantiques, battues par les vents salés. Elle tapisse aussi les pelouses qui chapeautent ces mêmes falaises. Tolérante au sel qui la cerne de toute part, amené par les embruns, c'est une plante qualifiée d'halophyte (du grec alos = sel). 

Voir les commentaires

Pour se chauffer les yeux

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

3905.jpgPour le plaisir des couleurs, du contraste et de l'atmosphère chaude (bien que très humide...) nécessaire à cette merveille...

Voir les commentaires

Le Koicédon du 12 décembre : à fleur de tronc

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

K 3933Un arbre à la floraison surprenante, comme surgie du tronc... Koicédon ?

Voir les commentaires

La neige, cadeau du ciel

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

jardin 5391Neige de saison, en quantité... Loin d'être une plaie, c'est une bénédiction pour la nature : manteau isolant parce qu'elle contient beuacoup d'air, elle protège du gel les plantes tapies en dessous. Ce n'est pas tout ! En altitude, elle représente souvent la seule source d'azote enrichissant le sol à la fonte des neiges : l'azote est contenu dans les micropoussières coincées dans la neige. Dans les Alpes, la neige a été pour cette raison qualifiée d' "engrais du pauvre". 

Voir les commentaires

Un Koicédon très pudique

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

Valeriana-dioica-588-copie-1.jpgJe vous présente la valériane dioïque ou valériane des marais ou encore petite valériane (Valeriana dioica, Valérianacées). Bon, évidemment, pas facile ce Koicédon, on ne voyait pas l'inflorescence ni la feuille si caractéristique. De quoi se perdre, n'est-ce pas ?

K 585La seule chose pour s'aider : il fallait remarquer qu'à gauche, les fleurs laissaient échapper un pistil (fleurs femelles), tandis qu'à droite les fleurs présentaient 5 belles étamines dont certaines sont bien ouvertes et couvertes de pollen blanc. Encore fallait-il deviner que la photographe, taquine, tenait les deux plantes côte à côte, comme si les deux types de fleurs provenaient de la même plante... Dioïque, la valériane l'est bien, c'est-à-dire que la plante est soit mâle, soit femelle, jamais les deux à la fois. Aucune chance que les garçons croisent les filles du regard... Très pudique cette valériane !

Les sexes séparés empêchent l'autofécondation et favorisent la pollinisation croisée (la fécondation des fleurs femelles se fait obligatoirement par un pollen venu d'une autre plante). Ce croisement est le garant du mélange des patrimoines génétiques et de générations renouvelées par la reproduction sexuée. La garantie de la nouveauté ! 

Voir les commentaires

1 2 > >>