Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Pariou endormi

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

pariou9Panoramique Puy de Pariou... Le volcan aux formes parfaites, un splendide "strombolien", tas de scories, tas de cailloux de lave refroidie entassés en un monticule à la bouche béante. Endormi depuis plus près de 8000 ans, qui sait quand sonnera son réveil ? Et au large, comme un navire en partance, le Puy de Dôme. 

Voir les commentaires

Jardin suspendu

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

jardins-suspendus-5083.jpgQui a dit que pour pousser, il fallait avoir les pieds sur terre ? Quand on est fougère, on peut parfois se contenter d'une écorce aux contours creusés, dans lesquels un tout petit peu d'humus s'est accumulé suite au pourrissement de quelques mousses ou lichens qui les ont précédées. Un jardin suspendu, comme ceux que l'on rencontre dans les forêts tropicales humides... mais ici chez nous, en Auvergne ! Le polypode (Polypodium vulgare) est une plante pleine d'inventivité...

Voir les commentaires

Le Koicédon du 28 novembre : symbole de l'espoir

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

K-6520.jpgUn symbole de l'espoir que l'on jetait autrefois sur les mariés... Koicédon?

Voir les commentaires

Fenêtre sur l'été

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

agapanthes-4793.jpgRetour en arrière, arrêt sur image, un brin d'été pour mieux affronter l'hiver qui approche... Dans les jardins, les agapanthes ont fleuri, leurs inflorescences en ombelle sont hautement dressées vers le ciel. Originaire d'Afrique du Sud, elles ont conquis nos massifs et terrasses. 

Voir les commentaires

Le Koicédon du 21 novembre : j'en "riz" encore

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

riz-3875.jpgOk,  la chose n'était pas simple... D'accord, on ne le voit jamais comme ça... Mais le Koicédon du 21 novembre dernier était finalement très commun ! Une graminée, certes ! Je dirais même plus une Poacée, puisque le nom de la famille a changé. Mais laquelle ? Celle qui nourrit une grande partie de l'humanité ! 

K 3876Le riz ! Oryza sativa, famille des Poacées. Une inflorescence lâche dite en panicule, des fleurs ridiculement petites, enfermées dans des écailles vertes appelées glumelles, grandes, coriaces et carénées comme une coque de navire. Enfermée à fond de cale dans ce petit navire hermétique, une seule fleur, dont les 6 étamines aux filets allongés émergent des glumelles. Dans cette fleur cachée, un pistil très simple en attente des grains de pollen.

Lorsque la pollinisation a eu lieu se forme alors un grain, un caryopse, blanc et allongé, oblong. C'est le grain de riz. Débarrassé des glumelles coriaces, de l'enveloppe du grain (le son) et du germe, il sera blanc ; le riz complet ou encore riz brun ou riz cargo, lui, conserve l'enveloppe et le germe, seules les glumelles non comestibles sont ôtées. 

Pourquoi "exotique" ce Koicédon ? Car le riz est une plante originaire d'Asie. Cultivé dans les régions tropicales, subtropicales ou tempérées chaudes, il a besoin d'eau et de chaleur. Pour le voir pas si loin que ça ? Direction la Camargue !

Voir les commentaires

Le Koicédon du 21 novembre : exotique ?

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

K-3876.jpgKoicédon ? Photographiée en plein été et il faisait chaud !

Voir les commentaires

Ebouriffée

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

Dryopteris-affinis-crispa-4027-5526.jpgUne drôle de fougère, un peu "frisée", dichotomique ! C'est-à-dire ? Dont les feuilles, mais aussi les pennes des feuilles (ce sont leurs divisions) semblent ramifiées à leurs extrémités en deux parties égales. On dit plutôt "crêtées", et le nom de cette belle fougère est Dryopteris affinis 'cristata'. Jamais vu cette bizarrerie, avant d'arpenter les jardins anglais ! 

Dryopteris-affinis-crispa-4028.jpg

Voir les commentaires

Koicédon du 14 novembre : "Gland" dormeur devant l'éternel

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

gland 7064Le Koicédon du 14 novembre était plutôt simple, n'est-ce pas ? Un gland en coupe ! On y voit aisément la jeune plantule vers le haut, prête à poindre le bout du nez lorsque le gland germera au printemps. Le gland est occupé par deux grosses masses blanchâtres (on devine un trait brun entre les deux masses), remplies de réserves sucrées, les cotylédons qui sont les deux feuilles embryonnaires.

Le gland est le fruit du chêne, provenant de la transformation des fleurs femelles après fécondation (pour jeter un oeil sur ces fleurs femelles au printemps, cliquez sur  La floraison des arbres, un processus parfois inaperçu ). C'est un fruit sec indéhiscent, qui ne s'ouvre donc pas spontanément, et qui protège la graine dont on devine ici les téguments (la peau) bruns, juste sous la paroi du gland (verte).

Le gland est, en cette heure automnale, en dormance, un sommeil profond que même les douces heures de l'été de la Saint-Martin ne peuvent briser. La dormance permet à la graine contenue dans le gland (qui rappelons-le est un fruit sec indéhiscent, qui ne s'ouvre donc pas spontanément, et qui protège la graine dont on devine les téguments (la peau) bruns, juste sous la paroi du gland (verte)). Grâce à la dormance, pas de danger que la jeune plantule ne pousse et ne se fasse geler le bout des feuilles à la première incartade de l'hiver !  

germination chêne 8789Au printemps, en écartant un peu le tapis de feuilles mortes dans les sous-bois des chênaies, vous risquez fort de tomber sur une pouponnière de chênes... Tous les glands sont réveillés et les plantules émergent, la racine d'abord puis la jeune tige feuillée. La construction de ces deux axes utilise les réserves carbonées stockées dans les deux cotylédons qui emplissaient la graine.  

 

Voir les commentaires

Le latin, une langue morte ?

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

6958 Acacia dealbataLe mimosa se prépare à fleurir en Méditerranée, vers le mois de janvier. C'est un arbre aux feuilles très découpées, aériennes. Mais le mimosa porte bien mal son nom ! C'est en réalité un Acacia (Acacia dealbata, de la famille des Fabacées). Le mimosa est donc un Acacia !

Robinia-pseudacacia-1259.jpgMais alors qui est donc l'acacia, cet arbre bien connu qui forme de belles grappes de fleurs crême et parfumées au printemps, grappes de fleurs dont on fait de délicieux beignets ? Ce qu'on appelle acacia n'est pas un Acacia mais un Robinia ! De son nom complet Robinia pseudacacia, il appartient à la même famille que le mimosa précédent (Fabacées). C'est un robinier, introduit en France par Jean Robin, le jardinier du roi Henri IV. Pseudacacia singifie "faux-acacia", car l'arbre ressemble (de manière assez lointaine quand même !), par ses épines robustes et ses feuilles découpées, aux acacias épineux (de vrais Acacias ceux-là, très communs en Australie). 

Mimosa-pudica-3951.jpgMais alors si le mimosa est un Acacia et l'acacia un Robinia, le vrai Mimosa, ça n'existe pas ? Si ! La sensitive, si pudique que lorsqu'on lui caresse le bout des folioles, ses feuilles se replient instantanément (voir le lien suivant : link) est un Mimosa pudica

Ouf ! On a fait le tour : le mimosa n'est pas un Mimosa mais un Acacia ; l'arbre acacia n'est pas un Acacia mais un Robinia, et le vrai Mimosa existe, c'est la sensitive... Bref, les noms français sont fantaisistes alors que les noms latins sont les seuls qui ont une valeur scientifique mondiale ! Qu'on se le dise, le latin n'est pas tout à fait une langue morte puisqu'il reste parlé dans le monde entier par tous les naturalistes de la planète ! 

Voir les commentaires

Turions savoureux

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

6954-Asparagus-acutifolius.jpgL'asperge méditerranéenne (Asparagus acutifolius, Asparagacées) est de nature épicée ! Elle pique par l'intermédiaire d'épines sclérifiées, durcies comme du bois, portées par ses tiges aériennes.

asparagus-acutifolius-750.jpgIci la tige aérienne très ramifiée porte de nombreux petits fruits rouges, des baies, remplies de petites graines noires. La présence de ces fruits révèle le sexe de la plante : les baies proviennent de la transformation de fleurs femelles après leur fécondation. Et seuls les pieds femelles portent des fruits car l'espèce est dioïque (sexes séparés, des pieds mâles et des pieds femelles distincts). La plante en fleurs ici présentée est la plante mâle (on voit des étamines émerger des petites fleurs jaunes).     

asparagus-officinalis.jpgQue mange-t-on dans cette asperge ou chez sa cousine plus commune, sauvage ou cultivée dans le reste de la France (Asparagus officinalis) ? Ce qu'on ne voit pas ! L'asperge que l'on déguste est une tige souterraine poussée à partir de la souche de l'asperge, une sorte de grosse tige horizontale gorgée de réserves (le rhizome). L'asperge que l'on consomme est une tige souterraine blanche, appelée turion, compacte. Elle croît vers la surface avant de former à l'air libre la tige verte très ramifiée que l'on voit sur les bords des chemins. 

Voir les commentaires

1 2 > >>