Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Accroche-coeurs

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

Parthenocissus quinquefolia 1253 Vigne-vierge de Virginie, Parthenocissus quinquefolia (Vitacées) est une liane grimpante comme sa cousine la vigne. Les feuilles à 5 folioles lui donnent son petit nom. Ses tiges sarmenteuses (c'est-à-dire longues et flexibles comme les pousses de la vigne) s'accrochent aux arbres ou aux murs grâce à des vrilles dont l'extrémité au contact du support peut devenir une pelote sécrétant des substances adhésives. Chaque vrille s'insère face à une feuille sur la tige. Ses baies sont consommées par les oiseaux, elles sont toxiuqes pour l'homme et les mammifères car elles contiennent de l'acide oxalique en grande quantité, une substance cristallisable qui peut causer des calculs rénaux. 

Voir les commentaires

Le Koicédon de mercredi dernier : un locataire peu scrupuleux

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

galle-du-hetre-677.jpgUne petite boule bien accrochée aux nervures de la feuille de hêtre, et cela depuis déjà de longues semaines, depuis le printemps même, dès que les feuilles jeunes sont mises en place : c'est la galle du hêtre, de son petit nom scientifique Mikiola fagi. En fait, c'est une petite bête qui provoque cette chose ! Quelle bête ? Un petit Diptère,  la cécidomye du hêtre, qui pique et perce l'épiderme (la "peau" de la feuille) pour y pondre un oeuf. En même temps, il y injecte une substance qui provoque une réaction de défense de la part de la feuille : une prolifération cellulaire appelée galle. La galle est creuse et elle abrite la larve du Diptère; elle se nourrit des tissus végétaux de la galle, alimentés en sucres par la nervure sur laquelle la galle est ancrée. Le gîte et le couvert en quelque sorte pour ce minuscule animal ! A l'automne, la galle tombe au sol et la larve y passe l'hiver, au chaud et au repos. La métamorphose de la petite larve en petite mouche se fera au printemps suivant et l'histoire pourra recommencer pour la génération suivante. 

Voir les commentaires

Tendresse

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

tendresse-370.jpgUne fois n'est pas coutume, incursion dans le monde animal qui recèle aussi des trésors de tendresse...

Voir les commentaires

Les mycènes profitent

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

mycènes 1234L'automne, c'est encore la saison des champignons. Sur une souche d'arbre en train de pourrir, des grappes de petits champignons s'accrochent. Ce sont des Mycènes, reconnaissables à leur pied et chapeau fragiles, et au bord du chapeau délicatement strié. Leur mode de vie ? Ils sont saprophytes, c'est-à-dire qu'ils se nourrissent de matière organique morte, ici du bois mort... et ça leur profite !

Voir les commentaires

Mercredi : Koicédon !

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

mYKIOLA-FAGI-682.jpg

Un Koicédon supplémentaire ? C'est quoi, dis? C'est quoi donc ? Ca se mange ?

Voir les commentaires

Des arbres endurcis

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

givre-1498.jpgLe givre accompagne l'automne. Comme hier dans la Vallée de Chaudefour, il est ici présent au petit matin, premières gelées blanches qui affole le thermomètre, jusque là bien sage pour une arrière-saison. L'hiver approche ! Les arbres touchés par le givre ont heureusement pris le temps de se préparer au froid en s'acclimatant : l'endurcissement des arbres est un processus saisonnier, déclenché par les températures en baisse de l'automne et le raccourcissement des jours. Il induit des changements profonds des structures et des fonctionnements de l'arbre, qui lui permettront plus tard de supporter sans geler les températures inférieures à zéro en plein coeur de l'hiver. Parmi ces processus, la dormance des bourgeons est une étape indispensable. 

Voir les commentaires

La Botanique amusante : "Qu'elle était verte, ma vallée ..."

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

Vallée de Chaudefour 1391La Botanique amusante du lundi vous emmène en ballade ! Chaussez les godillots et en route pour la Vallée de Chaudefour, une des 3 Réserves naturelles de Parc Régional des Volcans d'Auvergne. L'automne lui sied à ravir. RDV sur la page "Qu'elle était verte, ma vallée..."    

Voir les commentaires

Le Koicédon de mercredi dernier : une vie PACSEE

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

Koicédon 2Le Koicédon de mercredi est sucré, collant, appétissant ... il attire les fourmis qui se promènent sur ses branches ... Ce sont des glandes à nectar, des nectaires, insérées à la base des feuilles du merisier (Prunus avium, Rosacées). Elles sont dites "stipitées" car portées par un court support (un "stipe") à la base de la feuille, sur la petite "tige" qui l'accroche à la branche (le pétiole). Leur particularité est ne pas se trouver à l'intérieur d'une fleur comme c'est le cas pour les nectaires classiques (le nectar est alors une "récompense" pour les insectes pollinisateurs qui visitent les fleurs et prennent en charge par accident le pollen de la fleur).

A quoi servent donc ces nectaires extrafloraux et stipités de la feuille de merisier ? Ils attirent les fourmis qui se nourrissent du nectar. En contrepartie, les fourmis protègent l'arbre contre les chenilles et les insectes phytophages (qui mangent les plantes). L'arbre et la fourmi vivent en couple, s'apportant mutuellement un bénéfice à cette vie de PACS. On parle de symbiose ("la vie à deux") et cette forme de symbiose est une simple coopération entre les deux partenaires. Le merisier est donc une plante qui aime les fourmis, une plante myrmécophile (pour en savoir plus sur ces plantes et la vie des fourmis, RDV sur le joli site de myrmecofourmis.fr link)  Et puis, soulignons aussi le fait que ces glandes sont bien pratiques pour reconnaître le merisier !feuille de merisier 825Cerisier3

Voir les commentaires

Mini-luzerne

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

Medicago lupulina 85Si petite qu'on la foule aux pieds, dans les pelouses envahies par les trèfles... la petite lupuline (Medicago lupulina, Fabacées) est une mini-luzerne. Sa feuille est trifoliée, avec la foliole terminale montée sur un petit pétiole allongé. Impossible de la confondre avec un trèfle, elle est bien plus jolie ! et son fruit est bien celui d'une luzerne : une minuscule gousse enroulée comme un petit escargot. 

Voir les commentaires

Qui s'y frotte s'y pique

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

Houx 913La feuille de houx (Ilex aquifolium, Aquifoliacées) est une feuille persistante (qui ne tombe pas à l'automne et vit plusieurs années). Elle est effectivement coriace et recouverte d'un épais enduit transparent (lacuticule, bien visible à la bordure de la feuille) qui la rend lisse et brillante, et la protège du froid. Epineuse, elle est dite xéromorphe car elle ressemble aux feuilles de plantes adaptées à la sécheresse (plantes xérophytes), bien que la plante ne soit pas une xérophyte. 

Voir les commentaires

1 2 3 > >>