Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Une gentiane aux racines amères

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

GuéryEn altitude, photographiées ici au lac de Guéry en Auvergne, les gentianes jaunes (Gentiana lutea, Gentianacées) sont récoltées par le gentianaïre : leurs racines amères entrent dans la composition de l'Avèze en Auvergne (ou de la Chartreuse en Isère). Cette récolte est très contrôlée et quantifiée. Telles de grands candélabres d'or, elles sont d'abord repérables par leur haute taille. Leurs feuilles insérées par 2 sur la tige forment des étages qui abritent les grosses fleurs jaunes à 5 pétales. Chaque étage de paires de feuilles tourne de 90° degrés par rapport à l'étage précédent : les feuilles sont opposées décussées. C'est à cette disposition "en croix" des feuilles que l'on identifie à coup sûr la gentiane, et qu'on la différencie de son sosie le vérâtre, dont les feuilles sont alternées, toxique lui !

Gentiane2

Voir les commentaires

Aquilegia "postalis"

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

AncolieAncolie mystérieuse, aux cornes dressées... ce sont en fait les éperons de ses 5 pétales qui lui donnent cet aspect cornu. Les 5 sépales 'les "ailes" un peu écartées) ressemblent aux pétales et sont dits pétaloïdes. L'ancolie (Aquilegia postalis...pour les p'tits plaisantins..., Aquilegia vulgaris pour les puristes) est une Renonculacée. Cousine du bouton d'or ou de la pulsatille, elle présente comme elles un grand d'étamines, groupées comme un jet d'eau au centre de la fleur. Rencontrée naturellement dans les sous-bois, son élégance et sa beauté l'ont fait aimer de tous : elle est partout dans les jardins. 

Voir les commentaires

La suite du lundi ...

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

piéride 7

Slurp ...

Voir les commentaires

La Botanique amusante du lundi : Pollen et nectar, deux bonnes raisons de fréquenter les fleurs

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

Morosphinx 4Fleurs et insectes, une longue histoire d'amour ? En lisant la page de la Botanique amusante du lundi "Pollen et nectar, deux bonnes raisons de fréquenter les fleurs", vous comprendrez ce qui lie les insectes aux fleurs depuis la nuit des temps.

Voir les commentaires

A consommer avec modération

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

ValérianeLa valériane égaie au mois de juin les endroits humides. Reconnaissable aisément à ses feuilles très découpées et opposées, sessiles (c'est-à-dire "collées" à la tige, sans pétiole), elle possède des inflorescences denses de petites fleurs roses, aux étamines longues dépassant du tube de la fleur.Valériane feuilles

Réputée calmer et aider à la venue du sommeil chez les hommes, elle aurait l'effet inverse chez les chats : son odeur, qui les attirerait, lui vaut le surnom d'herbe-aux-chats. Elle provoquerait chez le félin "valérianophile" un état euphorique proche de celui de la consommation d'alcool ou de cannabis ! Chez l'homme, c'est un principe actif, l'acide valérianique, qui provoque l'effet sédatif de la valériane : on retrouve cette même molécule et ces mêmes effets dans le houblon, utilisé pour parfumer la bière... A consommer avec modération !


Voir les commentaires

Des remèdes de bonne "fame"

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

Scrofulaire2Plante des bords de chemin, souvent ignorée car verdâtre et aux fleurs petites et brunâtres, la scrofulaire noueuse (Scrophularia nodosa, Scrophulariacées) fait partie de ces plantes qu'on qualifie de remèdes de "bonne fame" (en vieux français, des remèdes de bonne renommée... En utilisant ce mot latin fama, on dirait aussi des "remèdes fameux". L'expression "un lieu mal famé" vient aussi de ce mot et qualifie les lieux de mauvaise renommée). En effet, la scrofulaire était sensée par le passé soigner les "scrofules", c'est-à-dire les pustules purrulentes rencontrées dans certaines maladies ganglionnaires, car elle possède à la base de la tige, à la limite avec son rhizome souterrain, des grosseurs ressemblant aux scrofules des malades. Ces grosseurs sur la tige, sortes de nodules, lui confèrent son nom d'espèce, nodosa. Comme pour la pulmonaire (voir l'article Pulmonaire), la théorie des signatures avait encore frappé ! Actuellement, elle est utilisée pour ses vertus anti-inflammatoires. 


Voir les commentaires

Guerre chimique chez les plantes

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

Rumex acetosa 1Plante aux fleurs discrètes, l'oseille Rumex acetosa (famille des Polygonacées) colonise des milieux aux sols remués, des bords de chemin, des friches, mais aussi prés et prairies de France. Elle est capable, comme tous les Rumex, de produire un nombre de graines considérable et en plus, elle est capable de former plusieurs plantes à partir d'une souche ou racine découpée en morceaux. De plsu, les Rumex produisent dans le sol des composés chimiques toxiques pour d'autres plantes, ce qui ralentit leur croissance voire même les élimine : on appelle cette guerre chimique la télétoxie (littéralement, la "toxicité à distance") ou allélopathie (littéralement la "souffrance pour les autres"). Malgré cette chimie inquiétante, c'est une plante consommée en cuisine, appréciée pour la saveur acidulée de ses feuilles ressemblant à celles de l'épinard.

Voir les commentaires

Un églantier rose qui grimpe ... en altitude

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

Rosa pendulina - Rosa alpinaCousin montagnard de l'églantier des plaines (voir l'article La botanique amusante du lundi : zoom sur le rosier sauvage et la page de Botanique amusante correspondante), le rosier des Alpes (Rosa pendulina, Rosacées) pousse en altitude, jusqu'à 2600 m dans les Alpes. En plus de tutoyer les cîmes, il se distingue de son commun cousin par l'absence d''aiguillons sur ses tiges, et ses fruits, des cynorrhodons également, sont gros et rouges, et surtout pendants au bout de leurs pédoncules.  

Voir les commentaires

Des granules pour se répandre

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

Saxifraga granulataLa saxifrage granulée (Saxifraga granulata, Saxifragacées) présente des feuilles arrondies et crénelées à sa base. Deux carpelles dont les stigmates s'écartent l'un de l'autre au cours de la maturation de la fleur sont aussi un signe de reconnaissance de saxifragacée. Elle est velue, couverte de poils un peu collants, glanduleux. Elle apprécie les murets de pierre sèche, les lieux secs, mais aussi les prairires partout en France. 

Saxifraga granulata 2Son nom de granulata lui vient de ses bulbilles qui se forment à l'aisselle des feuilles, à la base de la plante. Chacune de ces bulbilles, issu d'un processus de multiplication végétative c'est-à-dire ne faisant pas intervenir la reporduction sexuée, peut former une nouvelle plantule : se multiplier tout seul, en l'absence de tout partenaire sexuel, voilà qsui est pratique et rapide pour se disséminer et coloniser rapidement le milieu ! La saxifrage granulée est par ce trait classée parmi les plantes pionnières, conquérante des milieux peu peuplés.   

Voir les commentaires

Queue-de-lièvre en bord de mer

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

queue-de-lièvre

La queue-de-lièvre (Lagurus ovatus, Poacées) est une plante de la dune grise : cette dune fixée par la végétation qui la recouvre, se trouve en retrait derrière la dune blanche, la dune de sable, mouvante. C'est une plante d'origine méditerranéenne, qui aime aussi les friches sèches. Elle participe, par son réseau de racines étalé et superficiel, à la fixation du sable et à la transformation progressive de la dune blanche en dune grise. 

Voir les commentaires

1 2 3 > >>