Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Production à tout prix

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

blé

Un champ de blé murit sous le soleil de mai. La Limagne est une plaine riche, aux cultures céréalières importantes. La Biodiversité y est réduite, suite aux usages de pesticides et herbicides. Pas de coquelicots ou de bleuets autorisés dans cet agrosystème.

 

 

 

 

AegylopsCe blé sélectionné depuis des siècles de domestication est une plante à l'origine sauvage, aux maigres épis portant de petits grains : on l'appelle l'Aegylops. Il pousse toujours à l'état libre le long des chemins secs du bassin méditerranéen. L'homme, par croisements successifs, a amélioré la plante pour en faire une productrice d'apis à grains nombreux, gros et riches en réserves, dont les enveloppes (les "glumes") se détachent facilement du grain lors du battage.

 

 

 

 

 

 

 

 

Aegylops sp.

Voir les commentaires

La Botanique amusante du lundi : comment reconnaître à coup sûr une orchidée ?

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

Orchis simia

 

 

 

 

 

Aujourd'hui, dans les pages de la rubrique "La Botanique amusante", un peu de botanique de terrain... Comment reconnaître à coup sûr une orchidée, et ne plus jamais prendre un lamier blanc pour une orchidée ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Orchis simia, famille des Orchidacées.

L'orchis singe.

Voir les commentaires

A maman

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

coquelicots 1

Il y a plus de fleurs

Pour ma mère, en mon coeur,

Que dans tous les vergers ;

 

Plus de merles rieurs

Pour ma mère, en mon coeur,

Que dans le monde entier ;

 

Et bien plus de baisers

Pour ma mère, en mon coeur,

Qu'on en pourrait donner.

 

MAURICE CARÊME

trolles

Voir les commentaires

Une autre signature de la hêtraie montagnarde

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

Euphorbia hiberna dans la vallée de ChaudefourDans la hêtraie auvergnate, sous influence atlantique, le hêtre majestueux abrite 3 plantes spécifiques, uniquement rencontrées dans ces conditions d'humidité et de froid particulières. Après le scille lis-jacinthe (voir l'article  Le scille lis-jacinthe, signature des hêtraies auvergnates sous influence atlantique), croisons maintenant l'euphorbe d'Irlande (Euphorbia hiberna, Euphorbiacées). Elle étale ses belles inflorescences claires au sommet de ses rameaux, et ce faisant éclaire les sous-bois. On la trouve dans les clairières ou en lisière de la forêt, comme ici à la limite altitudinale de l'arbre dans la vallée de Chaudefour (Puy-de-Dôme). De près, elle se reconnait à la fleur femelle, ronde et hérissée de digitations.

Euphorbia hiberna 2 

Voir les commentaires

Un réséda en hommage à Aragon

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

 

RésédaLa Rose et le réséda

Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Tous deux adoraient la belle
Prisonnière des soldats
Lequel montait à l'échelle
Et lequel guettait en bas
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Qu'importe comment s'appelle
Cette clarté sur leur pas
Que l'un fut de la chapelle
Et l'autre s'y dérobât
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Tous les deux étaient fidèles
Des lèvres du cœur des bras
Et tous les deux disaient qu'elle
Vive et qui vivra verra
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Quand les blés sont sous la grêle
Fou qui fait le délicat
Fou qui songe à ses querelles
Au coeur du commun combat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Du haut de la citadelle
La sentinelle tira
Par deux fois et l'un chancelle
L'autre tombe qui mourra
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Ils sont en prison Lequel
A le plus triste grabat
Lequel plus que l'autre gèle
Lequel préfère les rats
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Un rebelle est un rebelle
Deux sanglots font un seul glas
Et quand vient l'aube cruelle
Passent de vie à trépas
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Répétant le nom de celle
Qu'aucun des deux ne trompa
Et leur sang rouge ruisselle
Même couleur même éclat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Il coule il coule il se mêle
À la terre qu'il aima
Pour qu'à la saison nouvelle
Mûrisse un raisin muscat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
L'un court et l'autre a des ailes
De Bretagne ou du Jura
Et framboise ou mirabelle
Le grillon rechantera
Dites flûte ou violoncelle
Le double amour qui brûla
L'alouette et l'hirondelle
La rose et le réséda

Louis Aragon

Voir les commentaires

Un muscari bien hirsute

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

muscari toupet 616 3-2

Le muscari à toupet (Muscari comosum, Asparagacées) semble sorti tout droit de chez le coiffeur...Plus élevée que celle de son cousin le muscari négligé (voir l'article Le muscari oublié se débrouille seul... ), son inflorescence en grappe porte des fleurs fertiles bleu foncé en forme de grelots, fécondées et  fânées vers la base de la grappe, encore jeunes et serrées entre elles au-dessus. Mais ce qui est le plus remarquable et remarqué est bien sûr le toupet qu'il porte au sommet : des fleurs stériles modifiées, au long pédoncule, coiffe la grappe d'un élégant plumeau, lui valant son nom de muscari de toupet et son surnom de muscari chevelu ou queue-de-poireau.

Voir les commentaires

Une belle boudeuse pleine d'avidité

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

Mélampyre des champs

Drôle de plante que le mélampyre des champs (Melampyrum arvense, Orobanchaciées) ! Ses fleurs bicolores et surtout son inflorescence dense en épi dressé violacé permettent de la repérer dans les pelouses et les talus secs, les bords de route. Sa fleur semble une belle aux lèvres boudeuses !  Le mode de vie de cette belle plante est particulier : c'est une plante parasite, qui pompe avec avidité la sève de ses hôtes par les racines. Ne lui jetons pas le blâme, elle se contente d'y puiser eau et minéraux, au lieu de se les procurer elle-même dans le sol. Elle reste quand même capable de fabriquer sa propre matière organique par photosynthèse : soyons alors précis, elle n'est pas complètement parasite, elle n'est en fait qu'hémiparasite !

Voir les commentaires

Géranium livide, trésor des bords de cours d'eau

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

Geranium phaeum

Un géranium de grande élégance pousse dans les sous-bois humides des forêts riveraines. Ce sont des forêts ourlant les cours d'eau, caractéristiques par les essences d'arbres et de plantes herbacées qui les peuplent. Le géranium livide (Geranium phaeum, Géraniacées) présente tous les attributs de la famille des Géraniacées : l'inflorescence à deux fleurs, les 10 étamines et un pistil à 5 stigmates (5 petits becs recourbés à son sommet). Le fruit de cette fleur formera un "bec de grue' (voir pour mémoire l'article Le bec-de-grue ).

Voir les commentaires

La Botanique amusante du lundi : la schizophrénie des plantes

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

Polypodium vulgare

Dans la rubrique La Botanique amusante du lundi, rendez-vous avec la vie sexuelle des fougères, pour comprendre la "schizophrénie" cachée des plantes !

Voir les commentaires

Une affiche alléchante

Publié le par Cakie Des fleurs à notre Porte

Anacamptis pyramidalis 2

Le mois de mai est celui de l'explosion des orchidées sauvages en Auvergne. L'orchis pyramidal (Anacamptis pyramidalis, Orchidacées) est l'une de ces orchidées sauvages, rencontrée dans les milieux secs et calcaires. L'inflorescence est pyramidale, facile à reconnaître. Ses fleurs roses ont un pétale tourné vers le bas très développé, lobé; on l'appelle le labelle. C'est lui qui adopte des formes plus ou moins spectaculaires chez les différentes espèces d'orchidées et permet leur identification. La fleur est prolongée dans le dos par un long éperon fin. Habituellement, l'éperon d'une fleur, lorsqu'il est présent, est rempli de nectar, un jus sucré très nutritif attirant les insectes. Chez l'orchis pyramidal, comme chez beaucoup d'autres orchis, l'éperon est vide! Il n'y a pas de production de nectar coûteux pour la plante mais l'éperon habille la fleur et mime les fleurs prolifiques en nectar. L'insecte est leurré par ce mime et visite la fleur, en vain pour lui mais permettant la pollinisation de la fleur.

Anacamptis pyramidalis 3

Voir les commentaires

1 2 3 > >>